Les mots de Erwan Man-Waï

Les mots de Erwan Man-Waï

« Après un Master 2/MBA en Management, Business & Entrepreneuriat ainsi que des expériences professionnelles diverses en Europe, je me suis spécialisé dans l’Alimentation-Nutrition-Santé avant de revenir sur Madagascar pour tenter d’apporter du changement sur ce secteur d’activité. En parallèle d’activité professionnelle, ma passion envers l’entrepreneuriat m’a fait intégrer les membres actifs de Make Sense (une association faisant la promotion de l’entrepreneuriat social et aidant les entrepreneurs à trouver des solutions à leur problématique), participer à de nombreuses activités liées aux sujets de l’entrepreneuriat à impacts positifs et côtoyer des experts et pionniers promouvant de nouveaux modèles permettant de concilier développement économique avec l’Humain et la Nature. » explique-t-il. Le 25 février dernier, Erwan Man-Waï a mené un atelier auprès des candidats de Make The Choice Madagascar qui avait pour objectif d’ouvrir de nouvelles façons de penser l’économie et de donner les mots-clés nécessaires aux candidats souhaitant développer les sujets leurs concernant pour identifier des améliorations ou des innovations à apporter à leur modèles économiques. Dès la fin de l’atelier, près d’1/3 avait pu identifier en quoi l’atelier leur permettait d’appliquer ces nouvelles idées à leur projet. L’Economie Bleue à laquelle il fait référence est un concept qui trouve son origine en 2009 par Gunter Pauli qui a publié un livre comme rapport officiel du Club de Rome. Le Bleue vient de la couleur de la planète Terre vu de l’espace et se juxtapose à l’économie Rouge du capitaliste (consommation et endettement) ainsi qu’à l’économie verte qui offre des produits qui sont censés être durable (pour l’Humain et l’Environnement) et surtout plus cher que des produits classiques. Dans l’Economie Bleue, les produits doivent être pensés pour être durable dès leur conception et leur chaîne de production tout en étant moins cher que le produit classique. Aussi, un produit peut ne plus exister et être remplacé par un service si l’analyse du besoin valide que sa production et son usage classique apporte plus de déchets que de plus-valus. L’Economie Bleue vise à avoir un monde imitant la Nature et donc un monde sans déchets, sans chômage, sans pauvreté et centré sur l’Humain. Le concept d’économie bleue existe à Madagascar, mais à trop petite échelle et de façon artisanale et éparpillée. L’Economie Bleue globalise des concepts existants et propose d’incorporer l’ensemble à une vision globale pour maximiser les impacts et faciliter le changement des habitudes. Il faudrait donc que les actions existantes  soient supportées par les autorités ou mises en avant et adopter par tout le secteur privé afin d’avoir un impact territorial voire national visible. « La Nature possède 3,5 milliards d’années d’expérience. Il n’y a pas meilleur professeur ni meilleure économe de commerce que la nature. L’Etre Humain doit se réconcilier avec la Nature et les entrepreneurs doivent comprendre qu’ils peuvent gagner beaucoup plus d’argent et de façon plus efficace en abandonnent le modèle actuel pour petit à petit migrer vers l’Economie Bleue et les concepts qui s’y rattachent (économie circulaire, économie de la connaissance, économie symbiotique, etc.) Pour les entrepreneurs qui débutent, il est plus facile d’intégrer les concepts de l’Economie Bleue dès la modélisation de leur activité. » suggère t-il.